Diagnostic catastrophe naturelle – Dégâts dus à la sécheresse

 

Qu’est-ce qu’un aléa Retrait-Gonflement des Argiles (RGA) ?

 

De par sa géologie, une majorité des sols de Français est de type argileux. L’argile se comporte comme une éponge, elle se gonfle en présence d’eau et se rétracte quand elle s’assèche. Les sols argileux induisent alors des phénomènes de retrait-gonflement pouvant avoir des conséquences importantes notamment matérielles.

Il résulte de plusieurs éléments :

  • la nature du sol
  • les variations climatiques
  • la végétation à proximité de la construction et de ses fondations

Le risque de retrait-gonflement des argiles est le risque de mouvement de terrain le plus répandu. En effet, plus d’une commune sur deux a été touchée par ce phénomène dans les 20 dernières années, justifiant un arrêté de catastrophe naturelle. Ce phénomène, s’il ne présente pas directement de danger pour la population, induit de graves conséquences économiques.

Les habitations individuelles comportant des fondations peu ou non armées et pas assez profondes sont les plus touchées. Les dégâts les plus importants sont la fissuration des façades, des soubassements, des dallages et des cloisons, la distorsion des huisseries, des décollements entre corps de bâtiments voire des ruptures de canalisations enterrées.

La réparation des dégâts est généralement très coûteuse en particulier lorsque les fondations sont à reprendre au moyen de micropieux. Le coût moyen d’un tel sinistre est estimé à environ 100 000 euros.

Depuis 1197, les différentes études menées ont permis de définir une carte régionale de susceptibilité de l’aléa retrait-gonflement des sols argileux 3 niveaux d’aléa sont définis indiquant son niveau d’intensité :

  • Aléa fort : il traduit la probabilité de survenance d’un sinistre est la plus élevée et l’intensité des phénomènes attendus est la plus forte
  • Aléa moyen : sont concernées les zones intermédiaires entre ces deux situations extrêmes
  • Aléa faible : la survenance de sinistres est possible en cas de sécheresse importante, mais ces désordres ne toucheront qu’une faible proportion des bâtiments

 

Quelle est la mission d’ESIRIS ?

La mission qui nous est confiée se décompose en plusieurs phases liées ou indépendantes :

Diagnostic des origines du sinistre – Vérification si le sinistre est dû à une sécheresse ou à une autre cause.

Pour cela, nous réalisons :

    • Une caractérisation physico-chimique du sol en place (argilosité et capacité portante)
    • Une reconnaissance des fondations de la maison (type et dimension)
    • Un diagnostic de la structure portante de la maison (chaînage, matériaux, type de plancher …)

Préconisation de réparation :

Au vu des résultats obtenus dans la phase précédente, nous définissons les causes du sinistre et proposons diverses solutions de réparation.

Suivi et contrôle de travaux de réparation :

Nous assurons le contrôle de la bonne réalisation des travaux de reprise de la maison sinistrée.

Qui sont nos clients ?

 

Plusieurs typologies de clients font appel à l’expertise d’ESIRIS Pavillons :

 

  • Les propriétaires de maison sinistrée : particulier, promoteur, service public, commune …
  • Les assureurs et courtiers en assurance
  • Les experts d’assurance ayant pour mission de vérifier la cause d’un sinistre (intervention en tant que sapiteur) ;

Prévention et remèdes au risque de Retrait-Gonflement des argiles

 

Depuis le décret du 22 mai 2019, en application de l’article 68 de la Loi ELAN, dans les zones classées à risque modéré et fort, une étude de sol sera obligatoire avant toute construction. Cette obligation s’appliquera à partir du 1er janvier prochain (2020).

Mais, la cartographie du risque est ancienne (campagne 1997-2010 du BRGM) alors que des sécheresses ont eu lieu depuis (2011 et 2015 notamment, voire 2019). Or ce sont les épisodes de sécheresse qui amplifient le retrait des sols argileux.

La métropole est en zone de climat tempéré où les sols sont généralement proches de la saturation hydrique grâce à des précipitations régulières. Ce sont les épisodes de sécheresse, lorsque le déficit pluviométrique s’allie à une forte évapotranspiration, que l’assèchement des sols est le plus important et le retrait plus sensible. En outre, les sécheresses consécutives tassent de plus en plus les sols argileux qui s’affaissent progressivement ; de fait, la cartographie mériterait sans doute des études plus actualisées…

Des précautions sont à mettre en œuvre dès le projet de construction ainsi qu’il est déjà obligatoire pour les constructions parasismiques. L’aménagement du terrain (drainage), les fondations profondes et ancrées, le chaînage des structures du bâtiment sont des précautions à prendre pour qui veut construire durable et éviter de voir apparaître fissures et lézardes pouvant rendre toute construction invendable.

Pour voir l'ensemble de nos agences ...

Esiris pavillons une marque d'Esiris group

Siège Esiris Group

8-10 Rue des Chênes Rouges

91580 ETRECHY

     Tél : 01 69 58 29 58 

    group@esiris.fr